Découvrez les prévisions de plantations de melon Charentais pour la campagne 2022 au Maroc, en Espagne et en France, réalisée par l’AIM.

Cette enquête a été réalisée auprès d’opérateurs de la filière Maroc, Espagne, France : semenciers et techniciens de chaque bassin de production. Les données sont issues de SAA, Agence Bio, CTIFL…

Les données sont susceptibles d’évoluer notamment pour la France car les plantations ne sont pas terminées et les conditions météos peuvent également faire évoluer les conclusions

 

Prévisions Maroc 2022

Des prévisions légèrement à la baisse pour un total de 1 410 ha soit -75 ha par rapport à 2021

 

Prévisions Espagne 2022

Une baisse historique des prévisions avec un total estimé à 4 000 ha soit -800 ha (-16%) par rapport à 2021. Ces prévisions ne tenant pas compte de l’impact de la météo sur les hectares réellement plantés (les pertes ne sont pas encore chiffrables).

 

Prévisions France 2022

Des prévisions à la baisse avec une perte de 10% des surfaces nationales pour un total de 10 400 ha soit –1 250 ha par rapport à 2021.

  • Gel, comme l’année dernière. En ponctuel, dans tous les bassins, quelques parcelles ont été impactées. Mais les plantations débutaient seulement. Peu d’impact direct, des plants ont été repiqués. Pour le Sud-Est, reprise des plantes parfois difficile du fait du froid.
  • Les plantations se poursuivent, les prévisions en termes de volumes dépendront du climat à venir et des conditions de nouaison des cultures. Les volumes et les pics de production dépendront de la nouaison et des conditions climatiques des mois de mai et juin.
  • Une entrée en production progressive pour le moment. Le melon français sera présent au mois de mai pour les abris chauffés, vers la fin mai pour les grands abris non chauffés, récolte des cultures sous chenilles risque de décalage de l’entrée en production mais à confirmer en fonction de l’évolution des conditions météorologiques à venir.

 

Conclusion

Tendance à la baisse des surfaces sur l’ensemble des zones de production : légère baisse au Maroc, baisse très marquée en Espagne et baisse conséquente en France sur l’ensemble des bassins avec une diminution très marquée sur le Centre-Ouest.

Sur le Maroc, début poussif, pas de linéarité dans les volumes.

Un climat défavorable jusqu’à fin mars –début avril en Espagne n’a pas permis de bonnes mises en culture, des hectares prévus qui ne seront finalement pas plantés et des rendements potentiellement faibles. Un manque de visibilité sur l’entrée en production en Espagne.

Une présence du melon espagnol et français à préciser selon le climat à venir en Espagne et la nouaison à venir en France.

Pour la France, la tendance à la diversification est stoppée en 2022, les opérateurs se recentrent sur l’essentiel : LE CHARENTAIS.

2022, une préparation de campagne dans l’incertitude et la crainte :

  • Disparition ou réduction d’opérateurs
  • Augmentation des coûts des intrants sans précédent (30% en moyenne avant Ukraine)
  • Difficulté des approvisionnements en matière première (production et station),
  • Difficulté logistique et Main d’œuvre,
  • Contexte de consommation sur le rayon FL,
  • Loi AGEC (segmentation en danger…), 
  • Pression sur la location des terres suite à l’augmentation des prix de céréales

 

>> Retrouvez les chiffres des prévisions de plantations de melon par l’Association Interprofessionnelle Melon